FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  Invité le Dim 19 Oct - 21:46

Bonjour les bien-pensants. c'est curieux, j'avais écrit ce texte imaginaire il y a 6 mois dans le forum Epsilon et je m'aperçois aujourd'hui qu'il était prémonitoire.
Vous avez laissé une centaine d'épaves EMP dans la baie de Trinidad suite aux combats que vos flottes ont disputés entre elles sous nos yeux, qui n'en demandaient pas tant.
Maintenant ce serait sympa de venir déblayer si vous avez cinq minutes.
Mais je vous laisse sans plus attendre profiter de ma prose visionnaire.
Les 300 spartiates rouges vous saluent, bande de Perses.

PS: Pour les ignorants, Dajanja était à l'époque à la tête de la plus grande armée d'Epsilon. Sa bataille finale contre Mika66 d'AF était peut-être la plus sanglante depuis la naissance du serveur. Malheureusement, il nous as quittés et nos soldats pleurent tous les jours sur le mausolée érigé à sa gloire qui surplombe la mer.


"Une goutte de sueur perlait sur le front du Commissaire du peuple Slayer, tandis qu'il s'élancait dans l'interminable couloir souterrain du Ministère de la Sécurité Intérieure. Au pas de course, ses bottes de cuir vernies accrochaient les pâles lueurs des flambeaux qui dansaient sous les voûtes de pierre.
Le renseignement que ses agents venaient d'arracher sous la torture à un espion étranger, surpris la veille dans les entrepôts de soufre, était de la plus haute importance. Il avait hâte de la délivrer en personne au Chef de File des FEAR et ainsi de faire avancer, il l'espérait, sa propre carrière dans la police politique.
Ses rêves de gloire furent à peine distraits par le hurlement affreux d'un détenu qui agonisait sur un croc de boucher derrière une porte blindée.
Le commissaire était fier de lui. Les Comités de Défense de la Révolution quadrillaient en permanence les rues de la capitale. Tous les jours, des espions ennemis étaient dénoncés par la population. Certains parlaient, d'autres préféraient se faire couper la langue, mais aucun ne sortait vivant des salles d'interrogatoire.
Le secret que Slayer s'apprêtait à révéler à ses supérieurs était terrible:
une formidable coalition d'alliances allait lever l'ancre pour prendre d'assaut la capitale de la Révolution. Une armada imposante, composée d'empires, de royaumes, de villes libres et même de principautés d'opérette qui n'en pouvaient plus des raids et des pillages incessants des FEAR sous le seul prétexte de prélever un soi-disant impôt révolutionnaire..
Malheureusement pour la carrière de Slayer, il était trop tard.
Quand il quitta les souterrains, ébloui par la lumière du soleil qui blanchissait les murs peints à la chaux de l'antique cité, la Coalition avait déjà pris position à l'horizon et il n'avait pas encore atteint les marches du Palais de la Révolution quand les sentinelles donnèrent l'alerte en soufflant dans leurs rutilants cors cuivrés.
Juché sur son nid d'aigle, un promontoire rocheux tout au sommet de l'île, le Général en Chef des Forces Epsilon Armées Révolutionnaires, Dajanja, observait depuis un moment déjà la masse des bateaux béliers, lance-flammes et autres catapultes qui prenait forme au loin en émergeant de la brume de mer.
Ses yeux, plissés par le soleil à son zénith, fendus comme des meurtrières, semblaient compter cette armée sans nombre.
Le Général Rouge fixait avec une telle intensité la flotte titanesque qui envahissait la mer qu'il eut semblé capable de l'arrêter net d'un seul regard. Son état-major, inquiet de son silence, était suspendu à ses lèvres. Il n'avait encore donné aucun ordre.


A bord du vaisseau amiral qui fendait les eaux vers le port des FEAR, affalés sur les transats des ponts supérieurs, sous les ombrelles agités par des eunuques à la peau d'ébène, les officiers de la coalition, eux, sirotaient tranquillement le thé.
L'un deux, à l'uniforme d'or constellé de décorations militaires, plastronnait:
" Tout cela ne prendra qu'une heure ou deux. Une bonne vieille canonnade, suivie d'un assaut dans les règles de l'académie de guerre et nous n'entendrons plus parler de cette armée de gueux qui ne rêvent que de tenir le haut du pavé alors que leur place est dans le caniveau."
Cette boutade fut aussitôt saluée par des salves d'éclats de rire de la part des officiers boursouflés, dont les médailles dorées s'entrechoquaient en cliquetant.


Depuis l'île, la flotte était à présent entièrement visible, sur toute la ligne d'horizon.
Ce spectacle formidable emplit d'effroi la population qui, prise de panique, se mit à courir dans tous les sens.
Autour du Général Dajanja, l'état-major révolutionnaire commençait lui aussi à perdre son sang froid. Il y avait au moins cinq cents navires qui avançaient vers le port et Dieu sait combien de forces terrestres embarquées.
C'est alors que tomba la sentence du général, froide et tranchante comme un couperet:
"Quant vous sentirez le vent des premiers boulets, commencez à brûler tous nos vaisseaux."
-"Comment"? s'étrangla un capitaine, qui n'en croyait pas ses oreilles.
"Ne gardez qu'une ligne de Ballistes, brûlez tous les autres navires et quand la fumée formera un épais rideau, laissez l'ennemi entrer dans le port."

Les bateaux catapultes de la Coalition lancèrent un premier tir de barrage, grossier, sur le port. Aussitôt, les matelots des Forces Révolutionnaires mirent le feu aux voiles de leurs navires, sous les yeux baignés de larmes des officiers de marine, qui avaient transmis, la mort dans l'âme, les ordres du Gal Dajanja.
Mais c'était ça ou le peloton d'exécution.
De nombreux marins périrent à la tâche, happés par les projectiles de l'ennemi, déchiquetés la torche à la main, d'autres, renversés par le souffle des boulets, brûlèrent vifs en incendiant leur propre bateau, et bientôt, dans le fracas des mâts brisés et des voiles enflammées, la flotte sang et noire de la Révolution ne formait plus qu'un gigantesque brasier, étraves et voilures entremêlées, qui crépitait sur la mer bouillonnante
A bord du vaisseau amiral de la Coalition, les premiers bulletins de combat tombaient. La flotte révolutionnaire se consumait sous les boulets enflammés des catapultes. Les généraux exultaient. On portait des toats, les coupes de vodkariam tintaient. " Excellent! s'écria l'un d'eux, leurs bateaux n'étaient que de vulgaires coquilles de noix! Finissons-en avec ces gueux! A l'assaut! "
Les bateaux béliers de la Coalition pénétrèrent dans le port. Les capitaines, aveuglés par l'épaisse colonne de fumée noire qui s'échappait du brasier, maneuvraient en prenant soin de contourner les épaves en feu. Au vacarme des boulets succédait à présent un silence de mort. Passé le bûcher de navires, le brouillard âcre se dissipait peu à peu et le port apparut enfin aux yeux des premières sentinelles postées en vigie. Une clameur de joie s'éleva à bord, le port des FEAR était tombé, sans aucune perte dans les rangs de la Coalition.
Seule une petite flotille de ballistes barrait encore la route au fer de lance de l'Armada. A bord, des phalanges amazones, cachées derrière une rangée de boucliers et à la proue du vaisseau de tête, deux capitaines, Etoile Filante et Belle Ange, campées sur des jambes fuselées enlacées de sandales en cuir noir, défiaient crânement du regard la flotte ennemie, mains sur les hanches, sanglées dans une armure lamée or scintillant au soleil.
"Ahahaha! ils envoient combattre leurs femmes, les lâches, s'écria un capitaine de la Coalition. A l'abordage, Messieurs, servez-vous, premiers arrivés, premiers servis. Et faites donner l'ordre au gros de nos forces de débarquer."
Les bateaux béliers s'élancèrent vers la flotille féminine dans un joyeux concert de clameurs viriles quand, soudain, un grincement terrible remonta du fond de la mer et stoppa leur course net, soulevant les coques au-dessus la ligne de flottaison et précipitant des équipages entiers à la mer. Les navires encastré les uns derrière les autres, s'écrasaient contre ce récif qui était en réalité une énorme chaîne sous-marine tendue à l'extrême de part et d'autre du port par des géants à vapeur. Les colosses d'acier, fumants, hauts comme des grues de chantier naval, poussaient en grimaçant des soupirs de jets de vapeur brûlants, pistons à fond, pour retenir les navires qui venaient se fracasser contre les maillons d'acier.
Derrière la première ligne de bateaux échoués , le gros des forces, aveuglé par le rideau de fumée âcre qui cachait ce spectacle dantesque, fonçait allègrement vers sa propre perte et bientôt c'est tout le chenal qui formait un immense goulot où allaient s'étrangler catapultes, lance flammes et autre bateaux à aube.
C'est alors que le ciel fut soudain obscurci par une averse diluvienne de flèches qui pleuvait du haut des remparts vers les équipages . Beaucoup furent criblés sur place au moment où ils écopaient l'eau qui montait, d'autres se jetèrent à l'eau seulement pour y périr écrasés par le roulis des épaves enchevêtrées ou emportés par le courant.
Le piège s'était refermé. les amazones, a bord de petites barques avançaient maintenant pour achever au corps -à- corps les survivants des régiments d'infanterie de marine décimés par leur propre imprudence. Dans les yeux de ces fières guerrières, ce n'est pas la peur qui se lisait mais une détermination froide et implacable. Ces amazones hoplites, féroces et sans pitié, n'acceptaient le commerce des hommes qu'au printemps, quand les femmes fertiles migrent vers les archipels d'Epsilon pour s'accoupler avec les hommes des tribus barbares, avant de donner naissance, de retour dans leur gynécée, à des femelles, les mâles étant jetés sans pitié aux requins. Le reste du temps, elles l'occupaient à faire la guerre à tout être de sexe masculin.
Personne ne savait comment le Général en chef Dajanja avait fait pour les recruter. Avaient-elles succombé elles-aussi aux sirènes de la Révolution? Nul ne le savait, mais ce qui était certain c'est qu'elles n'avaient pas été engagées seulement pour leur aptitudes au combat, mais aussi par ce que leur beauté exceptionnelle constituait un excellent appât pour l'ennemi.
A bord du vaisseau amiral de la Coalition, c'était la consternation. La flotte formidable qui s'apprêtait à prendre la ville d'assaut se sabordait elle-même sous les yeux incrédules des amiraux empesés de décorations militaires. Très vite la colère succéda à la surprise et à la colère la panique quand une escadrille de gyrocoptères révolutionnaire apparut au-dessus du pont supérieur. Le bâtiment fut envoyé par le fond en quelques minutes.
Sur la Place de la Révolution de Cubanacan, des clameurs de joie accueillirent l'arrivée, sur la Terrasse du Palais, de Chango et du Général Dajanja, héros du jour, accompagné par les Commandants Orel, Slayeur et Gil Galad, . La présence à leurs côtés d'Etoile Filante, Chef des Amazones, fut également saluée. La Tigresse des Mers, comme on l'appelait, et que répugnait d'habitude la compagnie des hommes, ne pouvait empêcher, cette-fois ci , sa fierté de laisser apparaître un léger sourire à l'idée de partager la tribune d'honneur avec le Général en Chef des Forces Epsilon Armées Révolutionnaires, Dajanja, sourire que lui rendit discrètement le génial stratège au visage de marbre.

Cubanacan était sauvé. Une fois de plus la Révolution avait triomphé

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  Invité le Dim 19 Oct - 21:57

Quelqu'un peut mettre ça a la poubelle ?

merci

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  agemon le Dim 19 Oct - 22:07

C'est très bien écrit dommage que ses mots sonnes creux une fois écrit par toi.
avatar
agemon
Consul
Consul

Masculin Nombre de messages : 328
Age : 37
Date d'inscription : 11/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  tchipol le Dim 19 Oct - 22:12

Ouaip

j'ai eu la meme vision, moi, Général des EMP, quand sans aucune sommation une horde de terroristes se sont abattus sur mes villes ainsi que celles de Percefut.

Alors que nous allions secourir au plus loin les perfides EP, nous avions laissé nos fières cités sans défense.

Nous accourumes alors tout deux vers nos rivages les plus riches, malmenant nos troupes et nos navires dans des combats à l'issue fatale.

Que de vies perdues, que de navires coulés de part et d'autres. Mais nous rendions coup pour coup, ne reculant que pour mieux avancer.

J'ai meme sacrifié la jeune cité de nomansland pour venir au plus près de mon plus valeureux guerrier.

J'ai veillé et surveillé nuit et jour les alentours. Guettant une perfide manoeuvre de ces révolutionnaires cagoulés.

Nous avons torturés et pendus à nos murailles des centaines d'espions FAR. Des vrais, des pauvres paysans sans aucunes formation sacrifié au soi disant nom d'une glorieuse révolution.

Ce général de pacotille qui est venu d'abord s'empaler sur nos meilleures fondations militaires du moment et puis qui est venu se jeter dans la gueule grande ouverte de nos loups de guerre.

La bataille de lentartopolis fut terrible. Les murs étaient jonchés du sang de nos plus grands guerriers. nous avons résisté toute la nuit contre des hordes incessantes de guerriers empenaillés.
Nous les avons enterrés dignement et avons repris la ville.

Pendant ce temps, nos troupes à l'arrière s'organisaient. Les pacifiques se transformaient en guerrier.
Oui, j'ai vu le sacrifice que mon lieutenant leur a demandé et qu'ils ont effectué sans rechigner.
Ils l'ont fait car nous sommes unis et libres.
Libres de nos actes et de nos pensées
Libres de nos écrits et de nos amours.

Jetez à la poubelle votre article 10 .
Il n'a aucun sens pour nous. Il n'a de valeur que pour vous


Je ne vous salue pas misérable
avatar
tchipol
Général
Général

Masculin Nombre de messages : 2351
Age : 60
Date d'inscription : 18/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  tchipol le Dim 19 Oct - 22:14

nous allions secourir nos amis contre les perfides EP


vous l'aurez tous compris
avatar
tchipol
Général
Général

Masculin Nombre de messages : 2351
Age : 60
Date d'inscription : 18/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  mario1 le Dim 19 Oct - 22:18

everio cette histoire mérite réflexion non ?
as tu une poubelle couleur or STP
or pfffffffffff je ne c est même pas si elle le mérite
car je suis bien placer pour le s avoir
AF si mes souvenirs son bon
pendant que étoile se fessais attaquer par 14 ou 17 joueurs en même temps
son fameux dajandja (général as cette époque)ne levas pas un seul petit doigts
au contraire étoile voulais se venger des attaque des AF
ils l as menaça de la viré si elle n arrêtais pas ces attaques contre mika66
d ailleurs ce dernier(mika66)la surnomma le jeanne d arc d ikariam car elle ne voulais pas lâcher prisse
personne ne menaces étoile donc elle quitta les FEAR
et pris la décision d attaquer mika toue seul
elle as perdu des batailles mais en as gagner aussi
et compte bien prendre ça revanche un jours ou l autre

_________________
avatar
mario1
Ministre de l'intérieur
Ministre de l'intérieur

Masculin Nombre de messages : 2264
Age : 45
Date d'inscription : 17/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  mario1 le Dim 19 Oct - 22:29

ha oui j oubliais pendant la période que étoile
n était plu chez les FEAR dajandja avait signer des traitées de bien culturel avec mika66

_________________
avatar
mario1
Ministre de l'intérieur
Ministre de l'intérieur

Masculin Nombre de messages : 2264
Age : 45
Date d'inscription : 17/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  Invité le Dim 19 Oct - 22:59

Ce n'est pas bien de salir la mémoire d'un grand joueur, mario1. C'est bas.
C'est moi qui ai donné l'ordre à Etoile de ne pas attaquer Mika. Pourquoi?
Parce que pour en finir avec une guerre interminable, chaque camp est
tombé d'accord pour choisir son champion dans deux grandes batailles, terrestre
et navale, dont l'issue mettrait un terme à la guerre. Evidemment, Etoile, qui
attaquerait un char Leclerc avec un arc et des flèches, ne l'a pas entendu de cette
oreille. Elle a quitté l'alliance, elle est revenue, deux fois déjà, la porte est toujours ouverte
pour elle.
Au moins, Dajanja, lui, ne trahissait pas les secrets militaires de sa propre alliance.
N'est-ce pas Mario?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  Invité le Dim 19 Oct - 23:09

ce serait presque réelle s'il n'y avait pas autant de fautes stratégiques, du style comment une flotte entière qui s'étend à l'horizon pourrait entrer entièrement dans un port aussi ridicule. Merci de m'expliquer, car en dehors d'un phénomène surnaturel, je n'y crois pas. Et rien que la moitié des hommes se trouvant dans une telle armada suffirait à envahir un pays entier, alors comment une simple cité, pourrait-elle résister. faudrait un peu mettre de la cohérence dans tes écrits pour qu'ils puissent paraître vrai. Car là on voit plutôt une petite histoire sympa à lire, mais sans plus.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  mario1 le Dim 19 Oct - 23:15

tu peut etre un peut plu claire dans tes accusation ?
Au moins, Dajanja, lui, ne trahissait pas les secrets militaires de sa propre alliance.
N'est-ce pas Mario?

_________________
avatar
mario1
Ministre de l'intérieur
Ministre de l'intérieur

Masculin Nombre de messages : 2264
Age : 45
Date d'inscription : 17/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  Invité le Dim 19 Oct - 23:19

Apparement, il ne trouve pas de quoi répondre, cela veut peut-être signifier qu'il n'a aucune preuve de ce qu'il dit et que cela est tout simplement tiré de son imagination.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  mario1 le Dim 19 Oct - 23:27

la seule chose que je peut rajouter
c est que chango es un manipulateur moral
les seul propos que j ai avancés et qui n est aucunement millitaire
es quand je lui es parler de cette guerre s en queue ni tête
pour arrêter un conflit qui n avait pas lieu d être
je lui es demander en toute diplomatie d arrêter ces attaque car nous étions en trêve de 3 jours avec les EP
et ce dernier qui se dit as la fois chef,général et diplomate
as voulut en profiter pour son soie disant baptême

_________________
avatar
mario1
Ministre de l'intérieur
Ministre de l'intérieur

Masculin Nombre de messages : 2264
Age : 45
Date d'inscription : 17/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  tchipol le Lun 20 Oct - 0:48

Tu es revenu faire ta provocation ?
avatar
tchipol
Général
Général

Masculin Nombre de messages : 2351
Age : 60
Date d'inscription : 18/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  Invité le Lun 20 Oct - 2:46

EP?

Merci Tchipol et Mario1, je cherchais justement le nom de cette fameuse alliance avec qui vous êtiez en trêve.
Grâce à vous, je l'ai trouvé.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  Invité le Lun 20 Oct - 14:41

Quelqu'un va se décider à supprimer cette foutue discussion ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  Invité le Lun 20 Oct - 22:22

mon bon mario je t aprecie mais tu devrais penser a tourner 7 fois autour de ton clavier avant d ecrire quelques chose qui pourrais intéresse
hallo papa tango charlie

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  mario1 le Lun 20 Oct - 22:32

je sais mais je l ai fait par pure diplomatie
l erreur es humaine
(et ça va pour tourner autour de mon clavier je risque de ne pas tomber y as pas de file )

_________________
avatar
mario1
Ministre de l'intérieur
Ministre de l'intérieur

Masculin Nombre de messages : 2264
Age : 45
Date d'inscription : 17/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  Maximus Decimus le Mar 7 Avr - 22:13

Désolé de faire revenir ce sujet ... mais
qui est archange_maxime ? a-t-il été avec vous ?

aussi non le 1er message, je ne l'ai pas lu Cool
avatar
Maximus Decimus
gouverneur
gouverneur

Masculin Nombre de messages : 155
Age : 87
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  mario1 le Mar 7 Avr - 22:16

oui et il était le chez d une wing qu on as voulut créer
mais hélas qui n as pas marcher
peut être pas au bon moment

_________________
avatar
mario1
Ministre de l'intérieur
Ministre de l'intérieur

Masculin Nombre de messages : 2264
Age : 45
Date d'inscription : 17/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: FEAR : L'Attaque de la Grande Armada

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum